L’Islande : Épisode 1

« L’Islande, une expérience à ne pas manquer »

Les fêtes approchent et vous êtes peut-être en train d’élaborer vos prochaines vacances. Laissez-moi vous conter l’histoire d’un pays hors du commun : L’Islande.
Je ne suis probablement pas la première à vous en parler car depuis leurs prouesses lors de l’Euro 2016, ce pays ne cesse de faire parler de lui. Les ennemis publics numéros 1 du foot, ne vous en faites pas, l’Islande ne brille pas que pour le sport bien au contraire.

E.

Petit cours de géographie : Où se trouve l’Islande ?

L’Islande aussi appelée “Terre de Glace” se situe entre le Groenland et la Norvège. Cette île ne compte que 331 000 habitants… De manre imagée, c’est comme si la population niçoise se partageait 103 000 km2. Comptez donc 3,2 habitants par km2 en Islande contre 4 759 habitants au km2 pour Nice. Les personnes à la recherche de calme pour leurs vieux jours ne cherchez plus, cet endroit est définitivement fait pour vous – enfin je dis ca, je dis rien – !

De plus, saviez-vous que l’Islande était une Terre Vikings ? Allons, allons, bien-sûr que tous les fans de la série “Vikings” le savent ou si ce n’était pas le cas il y a 5 secondes, maintenant vous le savez. Je sais, je suis trop généreuse de vous donner tous ces détails (enfin pour celles et ceux que ca intéresse 😉 ).

Pour conclure sur l’Islande et le béaba de son histoire, les Islandais ont été les premiers à créer un Parlement – en l’an 930 – (et ouais, on a la classe ou on l’a pas).

J’allais presque oublier, si l’année dernière aux alentours des mois de Novembre -Décembre vous trainiez sur France 2 le mardi, vous avez du tomber sur Trapped. C’est une série policière qui prend place en Islande.

Mais comment me suis-je retrouvée là-bas, en quasi tenue d’esquimaux alors qu’en France les maillots de bain étaient de rigueur ?

Pas besoin de chercher midi à quatorze heures, une de mes meilleures amies est partie faire un stage là-bas, alors quoi de mieux que de lui rendre visite. À la manière d’une “preux chevalière”, mes affaires de combats dans la valise (gants, bonnet, chaussures de marche, imperméable), je suis moi aussi venue braver les glaciers Islandais.

E.

L’Islande c’est beau certes, mais on y va comment ?

La réponse est très simple : WoW air. Cette compagnie est la compagnie Low-Cost Islandaise

Pour ma part, je suis partie de l’Aéroport de Lyon et le vol était direct ! À croire que plus de personnes se rendent en Islande qu’en Écosse (petit clin d’oeil à mon article Une Frenchie en Écosse). Croyez-le ou pas, mais ce que je dis est la stricte vérité, il est réellement plus simple d’aller à Reykjavik qu’à Edimbourg. Mais trêve de plaisanterie sur les mystères des compagnies aériennes !

Mon avion a décollé à 21h15 de Lyon pour atterrir à Reykjavik à 23H – si je me souviens bien -. Au final, le vol n’est pas extrêmement long, comptez environ 4 heures sans intempéries. Et si comme moi, vous avez la chance de tomber sur des compagnons de voyage très sympathiques, le vol n’en sera que plus rapide.

PS : Ne vous inquiétez pas pour l’heure d’arrivée si tardive, à cette période de l’année, dans le cas présent le 29 juin, c’est la période de pleine luminosité, c’est-à-dire qu’il fait toujours jour même si le soleil se couche. Donc, même si vous êtes une fille seule, comme c’était mon cas, ne vous inquiétez pas, on se sent réellement en confiance. De plus, l’Islande est le pays qui compte le moins d’agression. Quand je vous disais, que l’Islande c’est vraiment La destination idéale !!

E.

 

Premiers pas en Terres Inconnues

Mon amie, m’avait recommandé de prendre un Flybus Ticket avant mon arrivée afin de ne pas avoir le soucis du transport. Retenez ce conseil, car c’est un gain de temps précieux et surtout ça facilite grandement votre arrivée.

Une fois descendue de l’avion, ma valise récupérée (une roue en moins…), je me dirige à la recherche de ce fameux Flybus. Je tombe sur une très gentille hôtesse qui me demande à quelle adresse je souhaite me rendre. Ah oui pas de panique, pour la communication : les Islandais parlent très bien l’anglais avec un certain accent cependant, je vous le concède.

Au départ, je suis un peu sceptique car je n’avais pas réalisé que ce bus allait me déposer à la façon d’un taxi à deux pas de mon lieu de villégiature. Les informations fournies, la jeune femme m’indique où se trouvent les bus. Mon bus trouvé, je me présente au chauffeur. Il vérifie mon “ticket”, pour ma part je l’avais imprimé avant de partir. La vérification effectuée, le conducteur m’indique de lui laisser ma valise il se charge de la ranger. Il m’explique aussi de garder mon papier précieusement car ayant pris le forfait aller-retour ce papier fait office de preuve (à noter pour les fans du “on jette tout !”).

Nous voilà partis, l’aéroport étant à plus ou moins 40 minutes de Reykjavik, je m’abandonne aux merveilleux paysages qui jaillissent sous mes yeux. Le tout sous une lumière d’un autre temps, à mi-chemin entre le coucher et le lever du soleil.

Islande un autre monde

Copyright Les Carnets de Mélyiane

La gentillesse des Islandais

À notre arrivée sur Reykjavík, mon bus commence petit à petit à laisser les passagers aux pieds de leurs hôtels. Puis, nous arrivons à l’entrepôt de la compagnie Flybus, le chauffeur nous indique que les voyageurs vont être dirigés vers divers mini-bus qui les conduiront à leur destination. Pour ma part, ce sera le bus du départ qui m’a conduit à mon point d’arrivée.

Il ne reste que moi et une autre jeune fille. Le chauffeur commence ainsi à engager la conversation, nous demandant respectivement d’où nous venions. Lorsque que j’ai répondu que j’étais française, le chauffeur Islandais m’a tout de suite parlé de foot et du match qui allait se jouer Le Dimanche entre La France et l’Islande. À travers cette discussion, j’ai senti à quel point le chauffeur était fier, fier de sa patrie et de l’élan de popularité qui gravitait autour de son équipe de foot.

Une fois arrivée à ma destination, le chauffeur de bus est descendu me sortir ma valise et m’a demandé si j’avais besoin d’aide pour trouver la maison où j’allais résider, ce qui était très sympathique étant donné l’heure tardive. Il faut imaginer, bien qu’il fasse encore jour, il était néanmoins 1h30 du matin soit pas un chat dehors !

Il est temps de passer aux choses sérieuses !

Pour ma première matinée, j’ai décidé d’aller visiter le parc : Laugardalur Park. C’est un immense jardin botanique où divers ambiances se croisent, vous avez ainsi l’opportunité de faire un tour du monde le tout sans bouger (si c’est pas magique !)

Mon petit tour fait, il était temps d’aller faire les courses. Pour les courses, rien de plus simplement : direction Bonus ! Ce magasin, c’est plus ou moins l’équivalent de notre Lidl. Et oui, nous pauvres européens devront faire face au cours de la devise ! Il se trouve que malheureusement, et d’une la vie en Islande est chère et de deux la Couronne Islandaise est plus chère que l’Euro

Ainsi, ce magasin au logo de Petit Cochon est donc un bon compromis pour faire ses courses, le tout sans avoir besoin de manger la grenouille (pour ceux qui ne connaissent pas encore l’expression elle signifie vider son portefeuille).

Ce que je ne vous ai pas encore expliqué c’est que le lendemain de mon arrivée, nous partions en excursion ! Où devrais-je dire, comment visiter la moitié de la côte Islandaise en trois jours.

Visiter l’Islande, les choses à savoir

Se déplacer : Tout d’abord, pour visiter l’Islande une seule solution la location de voiture et si vous avez les moyens un 4×4 sinon vous n’irez pas loin.

Islande E.

Pour notre part, nous avons eu recours aux services de La compagnie Avis Budget , ils ont été charmant et nous n’avons eu aucun soucis avec la Voiture.

Où dormir : pour notre part, nous avons pris la décision de louer des tentes, pour finir par dormir directement dans la voiture.

Pourquoi ce choix ? C’est très simple, l’Islande se scinde en deux Reykjavík et le reste du pays. Soit plus concrètement des centaines de kilomètres et très peu d’habitations alors pour trouver un hôtel ou une maison d’hôtes on en parle pas. Deuxièmement, durant la période estivale les quelques malheureux hôtels sont pris d’assaut.

Enfin, étant donné que la nuit ne tombe jamais vous avez le grand privilège de pouvoir profiter des merveilles naturelles lorsque tout le monde dort, en réservant un point de chute vous vous privez de cette opportunité, ce qui serait vraiment dommage croyez moi !

Islande E.

Voici déjà la fin de mon premier épisode Islandais mais ne vous inquiétez pas, la suite arrive très vite. J’espère que ce premier épisode vous aura conquis et que vous attendez déjà avec impatience la suite de mon aventure.

Bien à vous, votre globe-trotteuse.

E.